Parlez-moi de vous (qui êtes-vous, que faites-vous? Comment êtes-vous arrivé là où vous êtes actuellement?)

Je m’appelle Rudy-Ashley Ndjoyi Mbiguino.  Je suis né à Québec tout en étant originaire du Gabon. J’ai grandi à Montréal (dans la ville de Saint-Léonard qui est situé au Nord de la ville et qui est un coin très multiculturel même si on associe la ville aux Italiens) pendant douze ans et j’ai aussi vécu au Gabon pendant mes études secondaires avant de revenir au Québec  en 2002 où la ville de Québec a été mon lieu de retour pour mes études universitaires.  

Du point de vue académique, j’ai un Baccalauréat en Économiques, un certificat en Sciences de l’Administration et un certificat en Planification Financière.

Depuis plus de dix ans, je travaille dans le domaine des services financiers dont huit ans en tant que Conseiller financier.

Je viens d’ajouter à mon bagage d’expérience le domaine des assurances de personnes, pas juste pour « assurer » les gens, mais surtout comme outils de stratégies financières.

Et enfin, j’y ajouterai un titre de planificateur financier à moyen terme  car, j’ai tout de même joué ce rôle pendant quatre ans mais sans avoir le droit d’utiliser ce titre.

Parlez-nous de votre travail/profession actuelle.

Mon rôle de Conseiller est de travailler étroitement avec des clients (particuliers, entrepreneurs et professionnels des affaires)  pour bien comprendre leur situation particulière et leurs objectifs. En fonction de leurs besoins, je les accompagne  à faire des choix financiers éclairés en vue de planifier leur épargne, de protéger cette épargne contre les événements imprévisibles et de les préparer financièrement à l'avenir.

Qu’aimez-vous le plus de votre métier?

Le fait de vouloir me dépasser pour mes clients, d’être avec eux pour réaliser le travail accompli ensemble. Également, dans le domaine des services financiers, chaque personne est unique et on n’a pas le choix de personnaliser la relation d’affaires et cela commence par le fait de bien connaître le client et de s’intéresser réellement à ce dernier. Finalement, l’élément encore le plus passionnant, c’est de ne pas se contenter du minimum, mais d’aller au-delà des attentes du client en étant proactif et en continuant à  développer son expertise pour aller chercher des stratégies de fines pointes à l’avantage du client.

Quelle est, selon vous, votre plus grande réussite jusqu’à présent?

Je dirai que ma plus grande réussite jusqu’à présent, c’est d’avoir développé davantage de connaissances et des stratégies de pointes pour les clients peu importe leurs étapes de vie (jeunes travailleurs, vie active, pré-retraite, retraité et entrepreneurs) et d’être un partenaire incontournable dans leurs différents projets.

Qu’annonce le futur pour vous? Quelle est votre vision du futur?

Ce que je souhaite pour moi dans le futur, c’est de pouvoir m’incorporer et donc créer mon cabinet avec des personnes de la communauté africaine  ou bien d’en embaucher. En fait, je m’inspire d’une institution financière qui a des centres financiers exclusivement à certaines communautés à Montréal  avec des services qui se rapprochent beaucoup des besoins de la communauté représentée (les autres communautés peuvent tout de même faire affaire avec ces centres financiers). Également animer des conférences pour parler des différents sujets en lien avec les projets financiers car il y a tellement de choses à savoir et j’aimerais transmettre mes connaissances et expériences vécues à la communauté afin que financièrement, leurs objectifs soient atteint le plus rapidement possible et de façon optimale. Je souhaite aussi m’impliquer de différentes façons aux activités de la communauté africaine de Québec et être aussi un promoteur de ces activités.

Quelle votre opinion sur la communauté africaine de Québec?

Je trouve qu’on doit passer à un autre niveau.  Ce que je veux dire, c’est qu’on s’entend bien et il y a un respect. Par contre en affaires, on dirait que malheureusement on a une tendance à être méfiant l’un envers l’autre alors que chacun de nous a un talent, une expertise qu’on pourrait mettre à profit de manière directe ou indirecte. Il faut arrêter d’avoir une mentalité où on se dit «  Ha lui, je ne le connais pas, alors je ne m’intéresse pas à lui ». Bien au contraire, on serait tous gagnants comme bien des communautés culturelles qui ont un impact significatif du point de vue économique dans certaines régions du Québec pour ne prendre que cet exemple.

Pourquoi le réseautage est-il important pour vous?

Le réseautage pour moi est important, car c’est plus que rencontrer des  clients potentiels. C’est une occasion  de rencontrer d’autres personnes, de savoir ce qu’ils font comme métier et comment ils peuvent aider les gens : on s’intéresse à ces personnes de façon sincère. Imaginez-vous  la quantité d’informations qu’on peut avoir. Si quelqu’un me dit qu’il veut un partenaire pour accroître les activités de son entreprise, possiblement qu’une personne dans notre groupe de réseautage aurait un contact avec ce partenaire d’affaires recherché. Si j’en parle à d’autres personnes qui feront la même chose de leur côté : l’information se transmet rapidement et souvent, la personne qui a un intérêt est souvent celui qu’on n’imagine pas nécessairement.  

Comment vous contacter en ligne?

Facebook   

LinkedIn